Duvet d’eider : Chasse et valeur des plumes les plus chères

Imaginez un duvet si rare et si exquis qu’il transforme chaque nuit de sommeil en une luxueuse étreinte : c’est l’attrait du duvet d’eider. Appelé « ederdun » en danois, le duvet le plus fin du monde provient de l’extraordinaire canard eider, une espèce qui brave les eaux glacées et les vents violents grâce à son duvet unique. Rejoignez-nous pour un voyage du nid de l’eider à la création de couettes opulentes, en explorant l’art de la récolte du duvet d’eider et en comprenant pourquoi il revendique le titre de plume la plus chère au monde.

La récolte du duvet d’eider :

L’Eider, fournisseur exclusif de duvet de qualité commerciale, se trouve dans les zones côtières entourant le cercle arctique. La récolte de duvet d’eider est une tradition qui remonte à mille ans en Islande et à trois siècles au Québec.

A lire également : Pour quelles raisons adopter des animaux de compagnie ?

L’Islande est le chef de file de la production de duvet d’eider, contribuant à hauteur de 70 % au marché mondial. Le Canada et le Groenland suivent avec respectivement 18 % et 6 %. Malgré cette exclusivité, le duvet d’eider ne représente que 0,5 à 1 % de la production mondiale totale de duvet, ce qui justifie sa rareté et son prix élevé sur le marché.

La technique de récolte consiste à retirer soigneusement une partie du duvet pendant que l’eider femelle est en train de couver. Ce processus méticuleux assure non seulement la préservation de ce trésor naturel, mais établit également un partenariat unique entre l’homme et l’oiseau. Le duvet recueilli contribue à la protection de l’habitat de nidification de l’eider, ce qui permet l’acquisition et la conservation d’îles et de sites vitaux.

A lire en complément : Comment choisir les pulls de noël pour son chien ?

L’Eider à duvet :

Les femelles eiders font preuve d’un comportement de nidification remarquable, choisissant souvent des endroits inaccessibles aux prédateurs terrestres. Les sites de nidification soigneusement choisis, qu’il s’agisse de nichoirs naturels ou artificiels, sont cruciaux pour la survie des œufs et la qualité du duvet. L’eider pond de trois à cinq œufs, qu’il remplit progressivement de duvet à partir de l’arrière de son abdomen.

Un duvet exceptionnel et rare : pourquoi si cher ?

Le duvet d’eider se distingue non seulement par sa rareté, mais aussi par la complexité de la chaîne de fabrication. La collecte manuelle, nid par nid, sans élevage, contribue à son prix extraordinaire. Le parcours des cueilleurs aux acheteurs de duvet brut, en passant par le nettoyage, la vente en gros, la fabrication, la distribution et la commercialisation, comporte de multiples étapes qui soulignent l’exclusivité de cette matière luxueuse.

Les qualités du duvet d’eider sont inégalées :

  • Absence de plumes, puisqu’il est récolté à l’état sauvage.
  • Cohésion des flocons de duvet liés entre eux par de petites barbules.
  • Élasticité unique – le duvet d’eider reprend sa forme malgré l’écrasement.

Avec un gonflant modéré, une couette en eider est fine, légère et très isolante. Ce confort inégalé a toutefois un coût : les prix varient entre 3 000 et 15 000 euros, en fonction de la taille et du poids du duvet. Pour ceux qui recherchent un sommeil d’élite, une couette en eider est un symbole de richesse et de goût raffiné. Mais pour ceux qui ne peuvent pas s’offrir ce luxe, l’alternative d’une couette en duvet neuf de canard ou d’oie promet toujours une expérience de sommeil de haut niveau.

à voir